Comment calculer son escalier ?

Comment calculer son escalier ?

4.7/5 - (3 votes)

L’escalier fait partie des structures essentielles d’une maison. Emprunté plusieurs fois par jour par tous les membres de la famille (petits et grands), il doit être confortable et pas trop fatiguant. Avant de le concrétiser, il faut donc réaliser quelques calculs. Voici comment faire.

Déterminer les mesures de base

Déterminer les mesures de base

Avant toute chose, vous devez déterminer où placer l’escalier. Une petite précision : même si vous avez déjà une place précise en tête, c’est la trémie qui va déterminer son emplacement et son choix (droit, à angle, tournant …) et ce, quel que soit le matériau utilisé pour sa conception. La trémie c’est l’ouverture au niveau de la dalle supérieure au-dessus de l’escalier.

Lire aussi – Comment faire un escalier pas cher ? Bois, fer ou béton ?

Il faut donc commencer par trouver l’emplacement adéquat à la trémie et décider de sa forme. Celle-ci peut être :

  • Rectangulaire : c’est le modèle idéal pour un escalier droit ou un escalier tournant
  • Ronde ou carrée : c’est le modèle à privilégier pour un escalier hélicoïdal

Dans les deux cas, il faut respecter une hauteur libre de passage ou une « échappée » d’au moins 190 cm. L’échappée c’est l’espace libre entre les marches et l’angle du plafond de la trémie. Idéalement, elle devrait mesurer 2 m au moins pour réduire le risque de se cogner la tête en montant.

Un escalier droit est plus complexe à réaliser, car il nécessite un reculement important au sol. Les modèles hélicoïdal et tournant permettent davantage d’optimiser l’espace. Néanmoins, une fois la trémie repérée, il faut mesurer le reculement et la hauteur du futur escalier. Ces chiffres vont vous permettre de faire les autres calculs comme la hauteur et le nombre de marche, la profondeur des marches …

Le reculement c’est l’emprise au sol de l’escalier. Elle ne tient pas compte de la dernière marche supérieure (la plus haute) puisque celle-ci fait partie de la dalle supérieure.

Comment calculer les marches d’un escalier ?

Pour savoir combien de marches votre escalier sera doté, la formule est simple :

Nombre de marche = hauteur de l’escalier / hauteur de marche souhaitée

Si la hauteur de l’escalier que vous avez mesurée au préalable est de 250 cm et que vous souhaitez une hauteur de marche de 15 cm, vous obtenez 250/15 = 16, 66 marches. Le nombre devant être arrondi, soit vous maintenez le 16 pour une hauteur de marche de 15.62 cm, soit vous montez à 17 pour une hauteur de marche de 14.70 cm.

Quelle hauteur pour une marche d’escalier ?

Quelle hauteur pour une marche d'escalier ?

Même si on vous laisse libre de choisir la hauteur des marches de votre escalier sur-mesure, il faut quand même retenir un point. D’après la loi de Blondel, la hauteur de marche idéale est de 17 cm, mais elle peut aller jusqu’à 21 cm. Au-delà de 21 cm, l’escalier va devenir trop raide tandis qu’en-deçà de 17 cm, les foulées deviennent trop courtes ce qui peut être fatiguant à la longue.

Aussi, il ne faut pas oublier que de la hauteur des marches dépend le nombre de marches de l’escalier. Même si aucune loi ne vous oblige à un nombre précis, il vaudrait mieux se limiter à 12-15 marches au total pour limiter les efforts à fournir. Respecter ces chiffres vous permet aussi de limiter le reculement et d’adopter un angle plus confortable.

Dans le cas où le reculement est trop étroit pour obtenir des marches de 17-21 cm, l’angle ou la pente de l’escalier sera beaucoup trop raide. Il serait alors mieux d’opter pour un escalier tournant. Mais avant de décider cela, il y a un autre facteur à retenir : la profondeur du giron.

Ceci peut aussi vous intéresser – Gagner de la place grâce aux rangements sous escalier

Comment calculer la profondeur d’une marche ?

La profondeur d’une marche se définit par l’espace où on va poser le pied en montant ou en descendant. Il est important de ne pas la confondre avec le giron.

Le giron c’est la distance entre le nez de marche inférieur et le nez de marche supérieur.

La profondeur, quant à elle, équivaut au giron + 4 cm. Dans les deux cas, il faut veiller à ce que l’on puisse poser entièrement le pied sur le giron pour une meilleure stabilité.

Dans tous les cas, il faut opter pour une bonne profondeur pour que l’usage de l’escalier soit confortable. En moyenne, le giron doit se situer entre 24 et 30 cm. Si le giron est de 24 cm, la profondeur sera de 24+4 = 28 cm. Essayez de ne pas dépasser les 30 cm pour la profondeur des marches, car le reculement de l’escalier sera plus important. Il sera également plus inconfortable de monter et descendre si la profondeur est trop importante.

Quelle largeur pour une marche d’escalier ?

En ce qui concerne la largeur de la marche, il faut qu’elle permette à deux personnes de se croiser. Dans l’idéal, il faut prévoir une largeur d’1 m ou d’au moins 80 cm.

A lire aussi – Comment choisir un escalier d’occasion ?

Comment se plier à la loi de Blondel pour les dimensions de son escalier ?

Comment se plier à la loi de Blondel pour les dimensions de son escalier ?

Maintenant que vous savez comment calculer le nombre, la hauteur et le giron des marches, vous vous dites que vous pouvez passer à la construction de l’escalier. Bien sûr, vous savez l’essentiel, mais il reste une dernière étape importante à faire : vérifier le confort de l’escalier avant sa concrétisation.

Comment le savoir si la structure n’est même pas en place ? Il faut se baser sur la formule de Blondel. Celle-ci permet de déterminer le pas de foulée en se basant la hauteur et le giron d’une marche d’escalier. Le but, limiter l’effort, obtenir une montée constante et avoir une foulée naturelle pour un usage plus agréable de l’escalier.

Que dit cette fameuse formule ?

            60 < (2 x hauteur d’une marche) + longueur giron < 64 cm

Exemple, si la hauteur d’une marche est de 17 cm et que le giron est égal à 25 cm, en respectant la loi de Blondel, on obtient (2 x 17) + 25 = 59 cm. Ce chiffre se situe malheureusement en dessous de la fourchette 60-64 cm ce qui fait que le confort ne sera pas au rendez-vous. Il va donc falloir revoir, soit le giron, soit la hauteur de marche.

Maintenant, si on prévoit 19 cm pour la hauteur et 25 cm pour le giron, on obtient (2 x 19) + 25 = 63 cm. Là, on rentre dans la fourchette 60-64 cm donc l’escalier offrira une foulée naturelle à ses usagers.

Dans le cas où vous vous dites qu’une hauteur de marche de 19 cm est un peu raide pour vos jeunes enfants ou les personnes à mobilité réduite qui vivent avec vous, vous pouvez vous maintenir à 17 cm pour la hauteur, mais augmenter le giron à 26, par exemple. La formule donnera (2 x 17) + 26 = 60 cm. C’est un peu juste, mais cela rentre quand même dans la fourchette établie par l’ingénieur François Blondel.

One Reply to “Comment calculer son escalier ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code