Prêts travaux : ce qu’il faut savoir avant d’en contracter

Prêts travaux : ce qu’il faut savoir avant d’en contracter

Lorsqu’on souhaite entreprendre des travaux à la maison, il faut préparer un bon budget. L’apport personnel ne suffit pas toujours pour financer son projet d’où la nécessité de contracter un prêt travaux. La majorité des établissements bancaires en proposent et le montant mis à disponibilité des clients dépend de divers critères. Voici ce qu’il faut savoir sur ce type de crédit.

Qu’entend-on par prêt travaux ?

Le prêt travaux est un crédit classé dans la catégorie des prêts à la consommation. Il est attribué pour permettre, à ceux qui en font la demande, de financer des travaux au sein de leur logement. L’établissement de crédit met, ainsi, à la disposition des emprunteurs, une certaine somme à rembourser par mensualités. Le remboursement total inclut le capital avec des intérêts.

Prêt travaux : pour qui ?

Le prêt travaux est accordé aux particuliers, propriétaires, locataires ou copropriétaires, désireux d’apporter des améliorations au sein de leur résidence principale ou dans leur résidence secondaire. Lorsque l’emprunteur loue le logement à rénover, il doit d’abord obtenir l’accord de son propriétaire.

Même si le montant du prêt travaux est calculé en fonction du profil de l’emprunteur, ce dernier doit quand même remplir quelques critères :

  • Il doit justifier d’une situation professionnelle stable, et ainsi, avoir des revenus suffisants et réguliers pour pouvoir rembourser son crédit.
  • Il doit avoir une situation financière saine ce qui signifie qu’il doit avoir un comportement responsable et surtout, il ne doit pas figurer sur les fichiers des incidents de paiement de la Banque de France. Notez que pour tout crédit bancaire, les établissements vérifient toujours ces fichiers avant d’accorder le prêt.

En ce qui concerne les copropriétaires, ils peuvent solliciter ce crédit pour rénover les parties communes de leur copropriété.

Quand faut-il demander un prêt travaux ?

Quand faut-il demander un prêt travaux ?

Si le devis estimatif des travaux à réaliser dépasse les 8 000 euros, il est conseillé de solliciter un prêt travaux. En-deçà de 8 000 euros, vous pouvez vous contenter d’un prêt personnel.

Le montant maximal d’un crédit travaux est de 75 000 euros. Au-delà de ce chiffre, on passe dans la catégorie des crédits immobiliers. Ces derniers peuvent aussi bien financer la construction et la rénovation d’une maison.

Il faut noter que l’emprunteur n’obtient pas systématiquement le montant demandé. La banque calculera la somme à lui accorder en fonction de ses ressources financières. Une fois la demande déposée, l’établissement de crédit étudie chaque profil puis émet une offre préalable à l’emprunteur. Cette offre indique le montant que la banque est prête à lui accorder ainsi que toutes les modalités du contrat à savoir le taux d’intérêt, les clauses suspensives, la durée de remboursement, le nombre d’échéances, la procédure en cas de règlement anticipé …

Une fois l’offre signée, l’emprunteur dispose d’un délai de 14 jours pour se rétracter. Il n’a pas à donner de justification à la banque et celle-ci ne peut le pénaliser.

Un point sur le remboursement anticipé du prêt travaux

L’emprunteur peut rembourser l’intégralité de son crédit à tout moment lorsque le montant accordé est inférieur à 10 000 euros. Dans ce cas-ci, il n’écopera d’aucune pénalité de la part de la banque.

Par contre, comme le précise l’article L311-22 du Code de la consommation, lorsque le crédit accordé est supérieur à 10 000 euros, l’établissement de crédit peut demander une indemnité :

  • plafonnée à 1 % du capital remboursé lorsque le délai entre le remboursement anticipé et la date de fin du contrat est supérieur à un an.
  • Plafonnée à 0.5 % lorsque ce délai est inférieur à un an.

Il est conseillé de bien revoir ces conditions avec la banque avant de signer le contrat.

Quels sont des différents types de crédits travaux ?

Quels sont des différents types de crédits travaux ?

On distingue deux grandes catégories de prêt pour entreprendre des travaux : les prêts travaux bancaires et les prêts aidés.

Les prêts travaux bancaires

Ils sont accordés aux emprunteurs solvables c’est-à-dire ceux qui disposent de ressources financières suffisantes pour rembourser leur crédit. Le capital emprunté ne peut être inférieur à 200 euros et ne peut excéder 75 000 euros. Le taux d’intérêt se situe entre 2,5 à 7,75 %. Dans certains cas, il peut atteindre 10 %. Une fois le crédit validée par la banque, les fonds sont versés en une seule fois. La durée de remboursement peut ensuite s’étaler sur cinq à dix ans.

Dans cette catégorie, on distingue aussi trois types de prêts à savoir :

  • Le prêt personnel non affecté :

Ce prêt est accordé aux personnes qui souhaitent réaliser les travaux elles-mêmes. Elles peuvent utiliser le fonds débloqué par la banque librement, sans avoir à présenter des factures au prêteur. Avec cette formule, les fonds sont rapidement débloqués, dès que la demande de prêt est validée.

Et ce ne sont pas ses seuls avantages, car à part tout cela, l’emprunteur bénéficie d’un TAEG (Taux annuel effectif global) avantageux. Pour cause, sa demande n’implique pas de frais de dossier, de garantie ou de caution à fournir et d’assurance décès-invalidité. Le remboursement anticipé peut se faire à tout moment, sans aucune pénalité.

  • Le crédit affecté :

Le prêt affecté, quant à lui, doit être utilisé pour un projet précis. Dans le cas d’un prêt travaux, le fonds débloqué doit servir à financer les travaux pour lesquels il a été validé. Pour s’en assurer, le prêteur peut demander des justifications comme les devis et les différentes factures rattachées au chantier (achats de matériels, honoraires des artisans …).

Le crédit affecté est moins cher que le crédit non affecté. De plus, il est possible de résilier le contrat de prêt correspondant dans le cas où le prestataire ne tient pas ses engagements.

  • Le crédit renouvelable :

Le crédit renouvelable coûte cher, mais il peut être intéressant pour réaliser, petit à petit, les travaux de rénovation. Grâce à ce type de prêt, l’emprunteur dispose d’une réserve d’argent qui est alimenté automatiquement au fur et à mesure qu’il rembourse les montants consommés. Tant qu’il continue de rembourser, il peut puiser dans sa réserve à volonté.

Les prêts aidés

Pour permettre aux ménages modestes d’entreprendre, eux-aussi, des travaux dans leur habitation, l’Etat a mis en place différents types de prêts travaux aidés. Ces derniers affichent des taux réduits, voire nuls. Pour en bénéficier, les emprunteurs doivent avoir un certain profil, car ils sont généralement accordés sous conditions de ressources. La plupart des prêts ici accordés sont destinés à réaliser des travaux de rénovation énergétique.

Dans cette catégorie, on distingue différentes formules à savoir :

  • Le « prêt pass-travaux » :

Proposé par les organismes du 1 % Logement, ce dispositif permet aux bénéficiaires d’obtenir un prêt travaux plafonné à 8 000 euros, sans conditions de ressources et à 9 600 euros pour les ménages dont les revenus sont inférieurs à 60 ù du plafond de ressources du prêt à taux zéro (PTZ). La durée de remboursement maximale est de 10 ans.

  • Le prêt à taux zéro :

Le PTZ permet d’acquérir sa future résidence principale. Il est accordé lorsque l’emprunteur n’a pas été propriétaire de son logement au cours des deux années qui précèdent la demande de prêt. Aussi, s’il souhaite acheter dans l’ancien, il faut que le montant des travaux représente au moins 25 % du coût de l’acquisition.

  • Le « prêt accession sociale » ou PAS :

Le PAS a été mis en place, principalement pour aider les ménages modestes à acheter une résidence principale. Néanmoins il peut aussi servir à financer les travaux au sein du logement.

  • Le « prêt amélioration de l’habitat » :

Attribué par la CAF, ce prêt peut atteindre jusqu’à 80 % du devis estimé pour réaliser les travaux. Il est toutefois plafonné à 1 067 euros, remboursable sur trois ans. Ce prêt est aussi bien ouvert aux propriétaires qu’aux locataires d’une résidence principale. Parmi toutes les demandes reçues, les ménages modestes ont la priorité pour ce type de prêt.

  • L’éco-prêt à taux zéro ou éco-PTZ :

Ce prêt est accordé pour financer des travaux de rénovation énergétique dans les logements construits depuis plus de deux ans. Il s’adresse aux propriétaires bailleurs ou aux propriétaires occupants d’un logement ancien. Il est aussi ouvert au syndicat de copropriétaires jusqu’en décembre 2021. En fonction des travaux à réaliser, le montant de ce crédit peut aller de 10 000 à 30 000 euros.

Il faut souligner que jusqu’à la fin de l’année 2021, un même logement peut bénéficier d’un second éco-PTZ si ce deuxième prêt permet au propriétaire de réaliser des travaux non financés par le premier. Le montant total des deux crédits ne peut toutefois dépasser les 30 000 euros.

  • Les prêts de l’ANAH :

L’ANAH accorde des prêts pour réaliser des travaux dans les logements servant de résidence principale et dont le bâtiment existe depuis plus de 15 ans. Pour en bénéficier, le devis minimal des travaux doit être de 1 500 euros. Le montant maximal accordé, quant à lui peut aller jusqu’à 50 000 euros en cas de gros œuvre, soit 50 %, tout au plus, du coût total des travaux. Dans le cas de travaux d’amélioration, l’aide peut couvrir entre 30 à 50 % du devis total, mais plafonné à 20 000 euros.

  • Le plan épargne logement ou PEL :

Une personne titulaire d’un PEL peut utiliser le fonds pour entreprendre des travaux dans sa résidence principale. Pour en bénéficier, la personne doit justifier d’une phase d’épargne minimale de quatre ans.

Que peut-on financer avec un prêt travaux ?

Les travaux éligibles à un prêt travaux sont les suivants :

  • L’agrandissent de la maison
  • L’aménagement du logement
  • L’entretien de l’habitat
  • La rénovation ou la décoration de la résidence
  • L’acquisition d’équipements de la maison

Autrement dit, le crédit peut aussi bien financer des travaux de première nécessité que des travaux liés au confort du logement. De la réparation de toiture jusqu’à l’installation d’une piscine dans le jardin en passant par les travaux d’isolation, l’installation d’une fenêtre de toit, le terrassement du terrain, la mise en place d’une cave à vins … il peut financer tout cela.

Aussi, contrairement à ce que beaucoup pensent, le prêt travaux ne sert pas seulement à couvrir les dépenses liées aux interventions d’envergure. On peut aussi l’utiliser pour acheter des équipements comme la plaque de cuisson, le portail électrique, le climatiseur convertible … Les honoraires des prestataires intervenants sur le chantier (rénovation, aménagement ou décoration) peuvent également être payés avec le crédit contracté.

Quels sont les avantages et les inconvénients d’un prêt travaux ?

Le prêt travaux procure divers avantages :

  • Les fonds sont débloqués rapidement
  • L’emprunteur peut comparer le TAEG proposé par les différents établissements de crédit afin de trouver la meilleure offre
  • La durée minimale du prêt est de trois mois
  • Le remboursement anticipé est parfois possible sans pénalité
  • L’emprunteur n’a pas à justifier l’utilisation du fonds débloqué dans le cas d’un prêt non affecté

Malgré ces avantages, il présente aussi quelques inconvénients comme un montant plafonné à 75 000 euros et un taux supérieur à celui des crédits immobiliers habituels. Pour ces derniers, le taux est plus avantageux, le montant attribué peut dépasser les 75 000 euros et la durée de remboursement peut s’étaler jusqu’à 30 ans. Pour ce qui est des prêts aidés, ils sont souvent soumis à conditions de ressources.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code